Hydrantman est engagé à Maîtriser le feu pour protéger la forêt et préserver l'eau dans l'Himalaya et au Népal en particulier.
Return to site

 

 

 

HYDRANTMAN AGIT POUR LA SANTÉ DES

 

POPULATIONS DU NEPAL TOUCHÉES

 

PAR LES FUMÉES DES FEUX DE CUISSON


 

ET PAR LA PÉNURIE ET LA QUALITÉ DE L'EAU

 

 

Katmandu le 21 Avril 2017 Ministère de la santé du Gouvernement du Népal

Gagan Kumar Thapal Ministre de la Santé du Gouvernement du Népal. (à gauche)

Mr Harry président de la collectivité parlementaire du district de Gorkha, (au centre)

Jean Garrigues Président de HYDRANTMAN Swiss Association (à droite)

Jean Garrigues président de HYDRANTMAN, est reçu en audience officielle par son excellence Gagan Kumar Thapal Ministre de la Santé du Gouvernement du Népal.
L'entrevue d’une demi-heure a porté sur les sujets suivants:

  • la gestion des installations d'eau potable dans les hautes vallées du district de Gorkha.
  • Le rééquilibrage du PH de ces eaux très riches en silice et très acides (Ph 6.5)
  • Les pathologies liées aux fumées toxiques des feux de cuissons.

Résolutions:

  • Le ministre a accepté de suivre et de généraliser nos propositions bio-électroniques pour la construction des bassins de réserve avec circulation antihoraire pour remonter les PH suivant les plans fournis par HYDRANTMAN Swiss Association. Il déplore la zizanie en la matière autant au niveau des populations locales liées aux clans et aux castes qu'au niveau des Associations humanitaires et des ONG qui passent outre des services de l'Etat, des provinces et des Districts sans tenir compte des plans directeurs qui tentent d'exister.
  • Le Ministre a été impressionné par les résultats mesurés et avérés du "GREEN FIRE" notamment par l'économie de biomasse de 30 à 50%. Il y voit une solution locale, durable, équitable qui libérerait les populations de l'asservissement du gaz de pétrole . Il nous précise l'engagement du Gouvernement à faciliter toute initiative allant vers la libération de son pays de l’assujettissement aux approvisionnements onéreux et irréguliers du  gaz en bouteille fournit par les deux grand voisins Inde et Chine. Il voit dans le Gaz de bois issu de la pyrolyse de la biomasse dans les "GREEN FIRE" une solution extraordinaire et inespérée. Il se félicite de cette solution qui utilise les ressources locales en hydrocarbures qui protège les populations des pathologies liées aux fumées de bois 
  • Il s'est dit préoccupé par la zizanie issue des initiatives irréfléchies des associations et ONG étrangères qui, bien que généreuses, entraînent les populations dans une nouvelle dépendance (Citation):

"La distribution gratuite de fourneaux et de bouteilles de gaz aux villageois éloignés dans les montagnes est une nouvelle catastrophe sociale car elle crée et encourage de nouvelles dépendances.
Dépendance au gaz dont l'approvisionnement est difficile et onéreux. Les "bienfaiteurs" passent et ne sont pas capables de pérenniser leur aide! Ils rentrent dans leur pays plein de satisfaction de leur *générosité".
Les femmes appâtées par la cuisson au gaz exigent de leurs maris de tout mettre en œuvre pour acheter du gaz en bouteille mais leur ressources de pauvre paysan ne le permettent pas! La famille doit donc trouver des solutions complètement inadaptées à leur rythme de vie. Ces solutions débouchent sur une dépendance financière auprès de mafias locales prêtes à faire s'endetter les nouveaux clients dépendant du gaz:
Les femmes , les hommes ou les enfants se retrouvent mis en servage pour rembourser des dettes fabriquées et imaginaires à des taux usuraires de plus de 20%, impossibles à amortir et dont ils ne payent que les intérêts. Ils sont endettés à vie, sont obligés de gager et vendre leur maison et leur terre et viennent gonfler les bidonvilles de la capitale Katmandu. Les hommes partent construire des stades au Qatar et aux émirats.
Dépendance morale et asservissement à la "générosité" des touristes annihilant tout esprit d'initiative.
Tout cela les touristes et les "bienfaiteurs" ne le voient pas mais c'est la réalité de la vie des népalais" (Citation)

  • Le ministre s'est dit triste de ce constat et déplore que les associations et les ONG n'en fassent qu'à leur tête et ne prennent même pas contact avec les services de l'Etat, des Provinces et des District.
  • Il nous félicite précisément de notre initiative et veut nous encourager et nous aider. 
  • Il s'est dit prêt à nous permettre de promouvoir le "GREEN FIRE" comme outils pédagogique de santé publique afin de réduire drastiquement la consommation de biomasse pour cuire les aliments et agir favorablement sur les pathologies dues à la fumée.

Nous proposons aux associations et aux ONG qui désirent s’investir dans ces domaines, de nous contacter pour un partenariat réfléchi et dynamique.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK

Protection de l’eau douce et potable dans des régions du monde en pénurie et pour commencer au Népal.